Cointe au temps des Gaulois (CHiCC)

Nous sommes quelque soixante ans avant Jésus-Christ. En amont de la bourgade gauloise implantée au confluent de la Légia et de la Meuse, s’étale jusqu’aux confins de la Hesbaye, une vaste forêt. Ses frondaisons qui couvrent le plateau et l’éperon de Cointe viennent mourir dans la vallée en bordure d’une large plaine marécageuse souvent inondée par les débordements de notre fleuve capricieux. Plus tard, ils seront appelés forêt et marais d’Avroy. Une voie celte, dont l’origine se perd dans la nuit des temps préhistoriques, traverse cette belle forêt…

Venant d’Atuatica (près de Tongres) elle passait par le Batch des Macrales, Fooz, Awans, Grâce-Berleur, Saint-Nicolas, Saint-Gilles et Cointe, pour gagner la Meuse en amont de Liège, la Voye des Rominnes…

Edmond Dethier, Deux mille ans de vie en Hesbaye

 

L’existence d’une voie celtique nous est révélée par la toponymie locale. En effet, dans le toponyme Tchinrowe, on s’accorde à trouver dans la première partie du mot, un terme gaulois ‘camino’ signifiant chemin. Je suis disposé à croire que Tchinrowe désigne un chemin menant à un gué.

Fr. Dumont, Origine et évolution d’Ougrée-Sclessin

 

Le CHERA (‘chemin carrossable‘) continuait la traversée du plateau jusqu’au Batty, descendait vers le Val-Benoît, franchissait la Meuse par un gué en amont du confluent de l’Ourthe, puis par AngleurChênéeThier des Critchions et Beaufays gagnait le plateau ardennais, la ‘route des Ardenne’s pourrait-on dire aussi. Une autre piste longeait la plaine marécageuse en bordure des coteaux boisés, hors de portée des crues du fleuve. Cette piste deviendra le premier chemin de la Vallée. Quelques sentiers ou sentes étaient certainement utilisés par les autochtones qui chassaient le gibier, cueillaient fruits sauvages et champignons, faisaient provision de bois ou amenaient leurs porcs à la glandée dans la forêt.

Emile DEGEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code